Carte du site
819 346-0679
Nouvelles
Suivez-nous sur Facebook

Vulnérabilité et risque

Quelles sont les caractéristiques personnelles qui peuvent rendre une personne plus vulnérable à la maltraitance?

Toute personne aînée peut être victime de maltraitance, sans regard au sexe, à l’âge, au lieu du domicile, à la classe socioéconomique ou à l’origine ethnique. Par contre, certaines caractéristiques personnelles peuvent rendre une personne aînée plus vulnérable à la maltraitance.

La détérioration de l’état de santé physique ou mental, la présence de déficits cognitifs, la surconsommation de médicaments, l’apparition de comportements agressifs ou perturbateurs, une attitude de soumission ou une difficulté d’affirmation de soi et la difficulté à communiquer sont considérées comme des facteurs de vulnérabilité aux mauvais traitements.


Qu’est-ce qui fait qu’une personne aînée est plus à risque d’être victime de maltraitance?

Une personne âgée qui est dans une situation de dépendance, ou qui vit isolée, qui a peu de contacts sociaux et qui vit des conflits avec un ou des membres de sa famille est plus à risque de vivre une situation de maltraitance.

Enfin, le manque d’information au sujet de la maltraitance et des ressources disponibles, et la méconnaissance de ses droits sont autant de facteurs qui augmentent le risque de devenir une victime.

Quelles que soient les circonstances, personne n’est à l’abri de la maltraitance.


Quelles sont les circonstances qui peuvent inciter une personne à commettre des abus envers les aînés?

Au départ, on doit reconnaître chez celui ou celle qui commet les abus un manque flagrant de respect pour la victime. La convoitise et la crainte de ne pas recevoir sa juste part de l’héritage entraînent souvent des abus ou des fraudes financières.

Parmi les facteurs environnementaux, on retrouve souvent des antécédents de violence familiale, le manque de préparation à prendre en charge une personne âgée et à lui prodiguer les soins requis, mais aussi et surtout le manque de soutien et de reconnaissance de la part de l’entourage pour une relation d’aide plus ou moins imposée, qui se transforme vite en fardeau.

Enfin, la présence de difficultés financières ou de problèmes personnels, de consommation ou autre, sera propice à l’apparition de comportements abusifs.


Que sait-on des auteurs de la maltraitance?

Selon une source du ministère de la Sécurité publique (2007), les personnes de 65 ans ou plus victimes d’infractions contre la personne se répartissent de la façon suivante, selon la relation avec l’auteur présumé :

On remarque que, dans les cas de maltraitance qui ont fait l’objet d’une plainte devant la justice, 7 victimes sur 10 en connaissaient l’auteur.